logo_abbeville-passionTRANSPARENT.png

Recherche
 
Fermer
Patrimoines
Histoires
Les Rues
Visites

 41273 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
ePZDh2
Recopier le code :
34 Abonnés

BANNIERE-Bibliotheque.png

123.png

Écrivain français , né à Elbeuf le 26 juillet 1885, André Maurois fut le pseudonyme littéraire d' Émile Salomon Wilhelm Herzog avant de devenir son nom légal

Après des études au petit lycée d'Elbeuf, puis au lycée Corneille de Rouen, il reçut un prix d'honneur en mathématiques élémentaires , un premier prix de version grecque et latine puis un premier prix de philosophie au concours général. Il obtient enfin une licence de lettres à Caen.

Dès 1906, il donne ses premières conférences, compose des nouvelles sans les publier.

En 1912, il se marie et leur premier enfant naît juste avant la guerre, les deux autres naîtront après.

Lorsque la première guerre est déclarée en 1914, Herzog est mobilisé et est affecté comme interprète au corps expéditionnaire de Rouen.

De 1915 à 1916 , il est agent de liaison avec la 9ème division écossaise dans le Nord. Courant 1916, il est replacé vers l'arrière pour cause de santé à la base du Havre.

En 1917-1918, il termine la guerre comme officier de liaison à l’État-major allié, avec lequel il arrive courant 1917 à Abbeville.

Dans ses mémoires de 1948 , il décrit Abbeville ainsi :

« Une adorable cathédrale que surmontait une tour de guetteur, si gracieuse, dominait la ville. De vieilles maisons de bois aux poutres sculptées entouraient une statue de l'amiral Courbet, étendant la main pour voir s'il pleut comme disaient les habitants. Ceux-ci, Picards méfiants et fins, ressemblaient aux Bourgeois du XVème siècle taillés dans les poutres de leurs maisons. Bien que la ville fut visitée par les avions allemands, les commerçants faisaient avec l’État-major anglais de brillantes affaires, refusaient d'être évacués. Des filles actives bravaient la mort pour vendre des cartes postales et de la bière aux tommies. »

Il fut hébergé dans le magnifique hôtel d' Aumale (130 rue Saint Gilles disparu le 20 mai 1940). Abbeville est ensuite bombardée peu après son arrivée .

En mars 1918, une offensive allemande a lieu et les allemands arrivent aux portes d'Amiens, le Général Foch prend les commandes des forces armées, et Émile Herzog termine son premier livre « Les silences du colonel Bramble » mais ne connaît pas d’éditeur. Comme nous sommes en temps de guerre, l'armée lui impose de trouver un pseudonyme , il choisit alors le prénom d'André en hommage à son cousin tué par l'ennemi et Maurois , village proche de Cambrai qu'il a traversé.

Pendant ce temps à Abbeville, les réfugiés se massent et les alliés continuent leur bal pour alimenter le front.

Chez Paul Duclercq, déjà libraire d'Abbeville, ouvert malgré les bombardements, le livre est un franc succès, il s'arrache et les critiques sont favorables, 50 000 exemplaires sont édités.

Les 1er et 2 mai 1918 a lieu en la chambre de notaires de la place du Guindal, la conférence interalliée d'organisation du commandement du commandement unique ( par Foch ) . Maurois y participe, nouvellement reconnu comme littéraire et écrivain. Il eut l'honneur de côtoyer de ce fait Douglas Haid, commandant en chef des armées Britanniques, Georges Clémenceau, et Raymond Poincaré lorsque celui-ci vint à Abbeville pour y rencontrer Georges V.

Dans ce livre qui souligne les différences entre Français et Anglais, un quart est consacré à Abbeville (appelée Estrées) et à Saint Vulfran (rebaptisée Saint Féréol)

Novembre 1918, la guerre se termine mais Maurois dont la santé est fragilisée par la grippe Espagnole et le décès de son cousin, entame sa convalescence dans la ville qui l'a accueilli jusqu'alors. Il ne put retrouver sa femme et sa fille de 4 ans qu'en 1919.

Le deuxième roman de Maurois « ni ange, ni bête » fut entièrement écrit à Abbeville dés mars 1918 à l'âge de 33 ans. Dans celui-ci , il dit de notre ville « J'aimais beaucoup la ville ou les hasards de la guerre me faisaient vivre; j'aimais ses églises, les belles cours pavées de ses vieux hôtels et ses maisons de bois sculpté. »

Ce livre n'eut malheureusement pas le même succès.

Il écrivit ensuite sa première biographie « Ariel ou la vie de Shelley » qui le fait à nouveau renouer avec le succès et se consacre alors à sa seule vocation d'écrivain.

Le nombre de romans va être phénoménal par la suite, une œuvre considérable d'ouvrages à succès, une soixantaine de genres différents. Un de ses romans « Climats » sera adapté au cinéma en 1962 avec Jean Pierre Marielle.

L'épouse de Maurois décède en 1924 d'une septicémie . L'écrivain se remarie en 1926 avec une femme qui deviendra sa collaboratrice jusque la fin.

Puis vint l'admission à l’Académie Française le 23 juin 1938, docteur Honoris Causa des universités d'Oxford, Maryland et Princeton.

En 1940, il demande malgré son âge à être de nouveau mobilisé comme officier de réserve.

En 1943, il participe au débarquement en Corse, à la campagne d'Italie de laquelle il revient malade.

En 1946, il retourne à la littérature mais n'oublie pas Abbeville. Il a appris par la TSF et les journaux que la ville qu'il a tant aimé et qui l'a inspiré pour l'écriture de ses deux premiers romans a été dramatiquement touchée , réduite à néant les 20 et 21 mai 1940 . Il a suivi la progression de la reconstruction de la ville jusque 1960, pendant les 20 ans.

Maurois décédera en 1967 à Neuilly sur Seine, titulaire de la Grand Croix de la légion d'Honneur et chevalier des arts et lettres.

Pour terminer cet article , j'aimerais préciser que André Maurois a été l'auteur de nombre de citations qui ont fait de lui un philosophe et homme d'esprit. Certaines de ces citations mériteraient d'être choisies comme sujet d'examen au bac . En voici quelques unes :

  • Le bonheur, c'est précisément de n'avoir aucun désir à changer ceux qu'on aime.

  • Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit

  • L'art est un effort pour créer, à coté du monde réel, un monde plus humain

Les œuvres de Maurois se lisent toujours quarante trois à quatre vingt douze ans plus tard et les critiques sont toujours positives....

D'Après Gérard Devismes


Date de création : 15/07/2016 22:32
Catégorie : Histoires - Personnalités Abbevilloises
Page lue 436 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par rivat le 20/03/2017 13:05

bravo

Copyright Droits d’Auteur.
Les images et les textes ne sont pas libres de droits

Si vous souhaitez utiliser une des photos ou textes présentes sur le site, n’hésitez pas à prendre contact avec nous et nous expliquer l’usage que vous comptez en faire.