logo_abbeville-passionTRANSPARENT.png

Recherche
 
Fermer
Histoires
Les Rues
Visites

 59766 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
EPaW
Recopier le code :
38 Abonnés

BANNIERE-Bibliotheque.png

123.png

Une folie était en fait à une certaine époque, une « maison des champs » c’est-à-dire une riche maison de plaisance, une résidence de vacances pour les familles les plus aisées.

Construite par Abraham Van Robais de 1752 à 1754, sur un terrain acquis en 1751 hors la Ville à une demi lieue des remparts, elle n’était alors qu’un petit pavillon de plain-pied, « une bagatelle », comme se plaisait à dire son propriétaire. En 1763, l’étage est ajouté et la terrasse devient un toit à la Mansard, permettant d’aménager des chambres.

La bâtisse est de forme rectangulaire avec un avant corps à trois pans au niveau de la façade donnant sur la Route de Paris et un autre avant corps à pans arrondis sur la façade côté jardins, un parc à la française complété par un jardin à l’anglaise sur une superficie de 10 ha.

En 1793, Bagatelle fut vendue par André Van Robais à Pierre-François Roze, l’oncle de Jacques Crèvecoeur Boucher de Perthes dont on ne tardera pas à entendre parler et rachetée en 1810 par François Gabriel Warnier de Wailly, ses descendants en sont restés propriétaires jusqu’ en 1998. Le dernier de ceux-ci Henri de Wailly, est l’auteur de nombres d’ouvrages concernant Abbeville et ses alentours : « Le coup de faux », « De Gaulle sous le casque » et également un ouvrage sur Crécy 1346, histoire d’une bataille.

chateau bagatelle CPSM.JPG


Date de création : 21/08/2016 00:21
Catégorie : Patrimoines - Monuments
Page lue 675 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Copyright Droits d’Auteur.
Les images et les textes ne sont pas libres de droits

Si vous souhaitez utiliser une des photos ou textes présentes sur le site, n’hésitez pas à prendre contact avec nous et nous expliquer l’usage que vous comptez en faire.